mercredi 17 septembre 2008

Ballade en voiture... la suite à venir!

ANTIGUA, GUATEMALA
LE MERCREDI 17 SEPTEMBRE 2008
13H38








Le Jour de l'Indépendance, obtenue en 1821 et célébrée tous les ans le 15 septembre, est souligné par des parades dans tous les bourgs guatémaltèques. Les enfants de toutes les écoles du pays, se pratiquent durant les semaines précédents la fête à jouer du tambour. Avant la parade les élèves se rendent dans un village qui n'est pas le leur (différent à chaque année) en courant avec un flambeau qu'ils apportent aux gens de l'autre village. Le jour même ils s'efforcent à jouer du tambour le plus fort possible, pour montrer leur patriotisme.

Sans oublier l'allumage des pétards (qui ne sont pas des feux d'artifices et qui servent seulement à faire du bruit) qui sont ici une véritable tradition (et une source de grande joie!). À chaque fête ou durant les fins de semaine, les gens allument des pétards. Un mystère que les étrangers installés ici n'arrivent toujours pas à comprendre!

Lorsque les Espagnols debarquèrent sur la côte du Yucatan en 1519, la construction des cités mayas avaient cessé depuis des siècles (l'époque classique de l'ancienne civilisation maya se situe entre le 3e et le 10e siècle) et les Mayas avaient presque déserté la région centrale. Ceux qui vivaient dans les hautes terres (au sud) se mesureront aux hordes des conquistadores venues de l'ouest. À partir de ce premier contact avec les Européens, l'histoire des du Guatemala se résume ainsi, selon le point de vue maya:

-trois siècles de domination coloniale espagnole;

-de l'Indépendance en 1821 à la Révolution d'octobre de 1944: 123 ans de régimes dictariaux conservateurs et libéraux;

-de 1944 à 1954: un bref printemps, dix ans d'intermède démocratique;

-de 1954 à 1984: 30 ans de gouvernement militaires, de fraudes électorales, de répressions violentes généralisées; un conflit armé interminable dont l'héritage est une société polarisée , militarisée, appauvrie et une population décimée;
-de 1985 à aujourd'hui: douze ans d'efforts de démocratisation.

LE QUETZAL

Le symbole du pays, le quetzal (qui est aussi le nom de la monnaie nationale) est un oiseau des forêts du Mexique et d'Amérique centrale au plumage vert mordoré, pourvu chez le mâle de longues plumes et d'une huppe. Il est aussi appelé oiseau du paradis parce qu'il ne vit pas en captivité!

6 commentaires:

Fibula a dit…

C'est très intéressant ces trois billets que tu as écrit aujourd'hui, sur trois sujets complètement différents mais permettant de découvrir différents aspects de la vie au Guatemala.
Tu en vois des choses ! :)
Laetitia

Isolda a dit…

Salut Laeticia
J'ai jeté un coup d'oeil à ton blog, il est super. J'adore quand tu écris "en écrivant ceci j'écoutais...". Je le consulterai.
Et merci pour ton commentaire, c'est gentil.
Yseult

Louis-Pierre a dit…

Yseult,

C'est une très bonne idée de publier des photos de toi, ça nous fait davantage partager tes émotions du moment !

Et très intéressantes, ces tranches de vie en direct du Guatemala. Lâche pas !

Louis-Pierre

Marieneige a dit…

Wow, vive la technologie et les brefs moments de bonheurs qu'elle nous fait vivre*

mais on attend la suite...C'est toujours la même chose avec les écrits ils ne nous font que rêver et il faut sans cesse s'en remettre à l'attente. Mais désir = attente et que fait mon impatience pendant ce temps?

* se référer a du vécu de bonheur virtuel qui sans cesse nous pose dans l'attente

Anouk a dit…

Coucou la belle...

Merci! Je crois que je vais rêver au Queztal ce soir... :)

bisousxx

Gabriel a dit…

Oui, tres intérréssant!

Le Quetzal c'est magnifique et aussi rare qu'au Costa-Rica, je vois.
C'est le fun, tu vas revenir avec un gros high de voyage qui va durer des semaines!!

C'est bon pour le moral...c'est bon pour le moral, c'est bon, bon....

:-)

Bises plein,